Chute

Nora Longatti – Chute

Une jeune femme confronte son quotidien avec une habitude particulière : se mettre en contact avec des étrangers.

Projet de diplôme (2020) par Nora Longatti

Professeur·e·s
Laurent Larivière
Mention
Très Bien

Fiction / 20 min

Synopsis

Une jeune femme s'effondre au milieu d'une ville anonyme. Des inconnus passent ou se penchent sur elle. Chute est une recherche silencieuse sur la résonance dans un monde de passants.

Commentaire

Un plan large fixe presque silencieux ouvre le film sur un immeuble gris, l'entrée du numéro 36, encadrée de deux balcons aux parasols inclinés. Au pied de l'immeuble git une forme, on découvre que c'est une jeune femme... quand elle se relève. 

La narration se répète, avec lenteur, les décors changent au rythme des chutes, la caméra est d'une stabilité volontaire, elle film comme le témoin d'un regard extérieur; les décors choisis avec soin sont graphiques, d'une belle sobriété, jouant sur une gamme de couleurs froides nuancées de quelques notes chaudes, la lumière est naturelle, tout est propre et simple.

Cette jeune femme chute - syncope évanouissement perte de conscience abandon ? On ne sait pas. Elle s'efface du temps l'espace d'un regard, elle se fond sur la matière jusqu'à se retrouver au sol, que ce soit dehors ou dedans, elle s'écroule en douceur soit la tête posée sur une épaule, soit enveloppée dans des bras, soit couvée, soit enlacée, par des êtres humains qui tout en délicatesse jusqu'à son réveil veilleront sur elle, toujours silencieux immobiles ils respecteront sa temporalité jusqu'à son retour au mouvement. 

Elle retrouve le mouvement, re-chute, la narration se répète, ses effondrements ponctuent le film comme le refrain d'une douce berceuse. Chut! Laissons-la chuter. 

Stéphane Lévy, cheffe opératrice

Stills
Stills
Stills
Stills
Stills
Stills
Stills
Stills
Stills

1/9