Feed

Type

Formation

Tags

Années

2006 2022
Camille Spiller – Smooth Space

PHOTOGRAPHIE

Camille Spiller – Smooth Space

Projet de diplôme avec RVB Books/Matthieu Charon & Rémi Faucheux

Mon travail porte sur la construction de la ville et aborde ma propre position critique au sein du vaste tissu social produit par la ville. Inspiré par le « smooth space » de Deleuze et Guattari – qui signifie ouverture, fluidité, multi-dimensionnalité – ce travail analyse et relie les processus d’urbanisation dans différentes villes d’Europe occidentale. Des fragments de bâtiments préfabriqués, d’immeubles de bureaux et de rues s’agrègent de manière chaotique. En déformant davantage leur aspect à travers l’appareil photographique, leur chaos est accentué, générant ainsi une atmosphère de doute. Le collage en post-production pousse la distorsion jusqu’à créer une énigme entre illusion optique et réalité construite.

Yolane Rais – Nagual

PHOTOGRAPHIE

Yolane Rais – Nagual

Projet de diplôme par Yolane Rais

Nagual est le mot utilisé par les chamans pour définir le monde de l’invisible. Ce projet est présenté sous la forme d’une installation sensorielle dans un univers mystérieux et spirituel. Une exploration à la frontière entre le monde du vivant et celui de l’invisible, une tentative de matérialiser l’immatériel qui tente de montrer d’autres formes de corps. Ce projet s’articule sur le sacré et les croyances à travers l’expérience d’un autre type de réalité. C’est un travail introspectif où je retranscris mes visions vécues lors de différents voyages faits en présence de chamanes. Avec les différents éléments que je présente, je veux remettre en avant notre lien à la nature, au vivant, le but étant de montrer une autre vision, une autre relation possible à la perception de notre monde.

Basil Pérot – As Long as You Wait

PHOTOGRAPHIE

Basil Pérot – As Long as You Wait

Projet de diplôme par Basil Pérot

Ce court-métrage cherche à exprimer cette incapacité à faire corps avec la réalité lors d’évènements traumatiques. Pour parvenir à cette osmose, on cherche alors à observer, à ressentir, à écouter aussi intensément que l’on peut. C’est ainsi que le personnage de Pola tente de s’agripper au réel, sombrant malgré tout lentement dans une folie entre crise identitaire et paranoïa. Le projet se place en tant que retranscription du point de vue de Pola et des sensations qu’elle éprouve. Un livre compilera les pensées qu’elle écrit au long du film dans un élan de lucidité au travers duquel elle tente elle-même de se convaincre que ce qu’elle vit est bien réel.

Marvin Merkel – Kuh Vache Mucca

PHOTOGRAPHIE

Marvin Merkel – Kuh Vache Mucca

Projet de diplôme par Marvin Merkel

Kuh Vache Mucca est une installation à travers laquelle je questionne ma relation à l’identité nationale suisse. N’ayant ni le passeport, ni famille ou racine en suisse je me suis depuis toujours identifié comme un ressortissant suisse. Les images et sculptures qui constituent ce projet témoignent de mes tentatives de réconciliation avec la patrie et l’identité qu’elle projette. Ces tentatives maladroites, voire ratées, proposent une nouvelle approche de l’identité nationale. Leur facture rend comiques et absurdes les traditions, coutumes, figures et monuments que chaque citoyen·ne·e a appris à encenser et remet ainsi en cause leur existence. Est-il aujourd’hui encore nécessaire et légitime d’entretenir l’identité nationale d’un pays ?

Lisa Mazenauer – Copper Tales

PHOTOGRAPHIE

Lisa Mazenauer – Copper Tales

Projet de diplôme par Lisa Mazenauer

Quels liens se tissent entre les désirs incarnés et les spirales des mines à ciel ouvert ? Copper Tales est une installation qui aborde l’opération minière par les corps sensibles qui y sont impliqués. Basé sur le site des mines de Rio Tinto (Espagne) traversé par un fleuve acide, le projet met en relation différent·e·x·s acteur·ice·x·s participant à l’extraction de matières premières. Les traces – archéologiques, géologiques, humaines, bactériennes – marquées sur les sols se projettent ensemble dans un récit à venir.

Angèle Marignac-Serra – Isula Anima

PHOTOGRAPHIE

Angèle Marignac-Serra – Isula Anima

Projet de diplôme par Angèle Marignac-Serra

Au moment où tout se régénère, je déambule sur l’île de mes ancêtres. Ce livre capture la rencontre avec les âmes de ce lieu et l’invisible. Je me confronte à un monde géologique rude et confidentiel. Plus aucun membre de ma famille proche n’y réside. Les différents protagonistes constituent des indices, des traces arborant les trois règnes du vivant. Ils deviennent mon clan. Je deviens une archéologue de ce territoire. Animée par les croyances ancestrales vernaculaires, les paysages s’anthropomorphisent. C’est un hommage à la nature secrète, à l’imperceptible, à la recherche d’un visage dans la pierre, les arbres, le ciel. Je laisse place à mon imaginaire et fantasme des ruines modernes telles des signes posthumes. La frontière avec la mort devient de plus en plus tangible.

Samara Krähenbühl – Il est passé tout à l'heure, il m'a dit de rien dire

PHOTOGRAPHIE

Samara Krähenbühl – Il est passé tout à l'heure, il m'a dit de rien dire

Projet de diplôme par Samara Krähenbühl

Au moment charnière du passage à l’âge adulte, l’enfance et ses souvenirs refont surface plus que jamais. Par le biais d’un court-métrage à la limite de la vidéo d’art, je me questionne sur comment surmonter ses traumas et se réapproprier son vécu et ses zones d’ombre. De par son caractère onirique, le film prend une teinte surréaliste. Entre métaphores visuelles et imagerie mentale, j’exorcise un épisode intime et douloureux de mon enfance.

Ludivine Keller – Girovago sulla risacca cercandoti

PHOTOGRAPHIE

Ludivine Keller – Girovago sulla risacca cercandoti

Projet de diplôme par Ludivine Keller

Girovago sulla risacca cercandoti est le récit d’une errance onirique vécue suite à la perte d’un proche. Ce projet regroupe plusieurs symboles devenus pour moi obsessionnels au cours de ces dernières années, qui évoluent par des allers-retours, comme un ressac émotif. Il découle de plusieurs périples effectués en Italie, moments en suspension et apnées salvatrices. L’eau sert ici de pont temporel aux projections fabriquées par l’absence et une creatura-musa nous guide dans ce monde des songes. L’édition traduit les sensations ambivalentes et fluctuantes de cette errance, alors que les sculptures-collages mettent en tension ce désir de recréer des amalgames pour combler un manque.

Florian Hilt – New Order

PHOTOGRAPHIE

Florian Hilt – New Order

Projet de diplôme par Florian Hilt

New Order génère une série de rencontres et d’interactions entre des éléments distants par le biais d’approches multiples dans les domaines visuel, numérique et installatif. Par ces échanges, je donne accès à ma nature secrète : à mes pulsions, mes peurs, mes rêves. En les explorant comme des espaces infinis aux multiples niveaux d’information, passé, présent, futur se mélangent pour révéler de nouveaux assemblages. Ma collection est constituée de fragments contrastés : archives web et images de smartphones, artefacts aux allures anciennes et jeux vidéo. L’installation agit comme un autoportrait chaotique et permet au spectateur d’emprunter son propre chemin pour se questionner. En reliant les éléments qui la composent, chaque expérience sera la résultante d’un nouvel ordre.

Julie Corday – De la taille d'une mandarine

PHOTOGRAPHIE

Julie Corday – De la taille d'une mandarine

Projet de diplôme par Julie Corday

Il s’agit d’un trauma physique et psychologique qui a eu lieu dans mon enfance. A 9 ans, une pierre de la taille d’une mandarine a percuté mon œil gauche. Aujourd’hui je cherche par la photographie à reconnecter la femme que je suis et la petite fille qui a failli perdre la vue il y a 20 ans. Plusieurs interventions chirurgicales et une perte importante de la vision feront naître des peurs et des angoisses entre aveuglement et défiguration. En tissant des liens entre mon histoire personnelle, des images mentales et la perception du monde qui m’entoure, je propose un récit composé de mes mots d’enfant et de métaphores visuelles pour raconter cet accident.

ECAL x Jean Paul Gaultier: Smells Like Queer Spirit

PHOTOGRAPHIE

ECAL x Jean Paul Gaultier: Smells Like Queer Spirit

«Smells Like Queer Spirit» au Musée des beaux-arts du Locle - une exposition réalisée en collaboration avec Jean Paul Gaultier par les étudiant·e·s de 3e année en Bachelor Photographie, sous la conduite de Florence Tétier et Nicolas Coulomb (Novembre magazine). Dans les années 1980, Jean Paul Gaultier renverse les codes vestimentaires et rend visible la frontière poreuse qui réside entre le masculin et le féminin. Avec jeu, le créateur de mode inverse les rôles, bouscule le genre et dessine les silhouettes qui réunissent sensibilité masculine et puissance féminine. A leur lancement, les flacons de parfum de la marque s’affirment eux aussi en rupture avec la mode androgyne des années 1990. Devenus iconiques, ils sont le point de départ des explorations photographiques menées par les étudiant·e·s de l’ECAL. Pour cette recherche dirigée par Florence Tétier et Nicolas Coulomb et sous l'oeil avisé de Claude Emmanuelle Gajan-Maull en charge des questions LGBTQIA+, la classe de photographie interroge le corps humain et ses représentations. Les images créées en 2021 par les 12 étudiant·e·s sont pensées sous le signe de la fierté et de la tolérance. Ces travaux montrent que l’engagement en faveur d’une société plus inclusive passe aussi à travers les images. Une publication, co-éditée par l’ECAL x Jean Paul Gaultier x Novembre et dont le graphisme a été assuré par Baptiste Gerbelot Barillon & Jean Marques, paraît également à l’occasion de cette exposition. ETUDIANT·E·S Dominique Bartels Julie Corday Diego Fellmann Florian Hilt Samara Krähenbühl Angèle Marignac-Serra Lisa Mazenauer Marvin Merkel Inès Mermoud Basil Pérot Yolane Rais Camille Spiller ASSISTANTS Matthieu Croizier Antoine Martin Yul Tomatala EXPOSITION AU MBAL Du 5 février au 24 avril 2022 HEURES D’OUVERTURE Me-di, 11h-17h Premier dimanche du mois gratuit ADRESSE Rue Marie-Anne-Calame 6, 2400 Le Locle https://www.mbal.ch

Installation photographique

PHOTOGRAPHIE

Installation photographique

Autre avec 3CVPH, Marco Poloni

The Future, Inverted, or: Avoiding Stupidity Produire un dispositif d’images visuel et sonore – images en mouvement et images fixes, objets, sons et textes – qui articule un futur et votre modèle pour le penser. Ce futur peut être possible, probable ou préféré, d’ordre personnel ou social.

Révélation photographique

PHOTOGRAPHIE

Révélation photographique

Autre avec 3CVPH, Laurence Bonvin

Balbutiements Il s’agit de reprendre une idée, un projet en cours ou un projet déjà réalisé mais de manière pas satisfaisante, et de le pousser plus loin, à la fois d’un point de vue conceptuel et/ou esthétique, ainsi que du point de vue de la production. Faire l’expérience de ce qu’il est possible d’améliorer dans un projet par rapport à une première réalisation. Revisiter un classique. Il s’agit aussi de tester des idées, de prendre des risques, de pousser plus loin une démarche, d’expérimenter.

Création photographique

PHOTOGRAPHIE

Création photographique

Autre avec 3CVPH, Natacha Lesueur

Les étudiant.e.s développent un projet sur tout le semestre, sur un sujet librement choisi, en le soumettant régulièrement au regard critique et au conseil de la professeure. Argumentation et analyse sont stimulées.  Il s’agit de s’interroger sur les enjeux de la photographie d’auteur.ice et de développer une expression personnelle, qui puisse potentiellement amorcer le travail de diplôme des étudiant.e.s. Une attention particulière es apportée à l’argumentation du travail, aux différents stades de son élaboration.

Editions photographiques

PHOTOGRAPHIE

Editions photographiques

Autre avec 3CVPH, RVB Books/Matthieu Charon & Rémi Faucheux

Partant du préalable que le livre constitue tout à la fois une pratique alternative à l’exposition qu’une pratique d’exposition alternative - pratiques d’exposition alternatives dans la mesure où le livre et l’imprimé sont potentiellement des modes de visibilité de l’art ; pratiques alternatives à l’exposition parce que ce moyen de visibilité est très différent de ce que l’on nomme usuellement une exposition - nous considérons le livre comme étant le média parfaitement adapté aux photographes prochainement diplômés.

Pratique photographique

PHOTOGRAPHIE

Pratique photographique

Autre avec 1CVPH, Milo Keller

Le cours souhaite développer une connaissance et sensibilité particulière pour toutes les typologies de lumière. Il invite les étudiants à la création libre, à l’autonomie d’élaboration et de réalisation d’un projet personnel.

Photographie et Art plastiques

PHOTOGRAPHIE

Photographie et Art plastiques

Autre avec 1CVPH, Natacha Lesueur

À partir de projets développés autour d’un thème commun, les étudiant·e·s  développent un travail personnel et approfondi sur l’entier du semestre. Il ne s’agit pas d’une réponse à un exercice. Le projet mené doit se développer, se préciser, se modifier s’il le faut mais s’enrichir tout au long du semestre, au fur et à mesure des recherches, réflexions, expériences menées par les étudiant·e· s et des consultations avec la professeure. Au cours ces consultations régulières, les étudiant-e-s abordent les divers aspects lies à la conception, la production et la réalisation d’un travail photographique...

Carhartt WIP x ECAL

PHOTOGRAPHIE

Carhartt WIP x ECAL

Collaboration avec Nicolas Poillot, Matthieu Croizier

Workshop Mårten Lange

PHOTOGRAPHIE

Workshop Mårten Lange

Workshop avec Mårten Lange, Matthieu Croizier

L’échec est nécessaire et fait partie du développement artistique qui s’articule par la prise de risque, la chance, l’ambition, la peur et la liberté. Le but du workshop était de réussir à photographier, éditer et séquencer une série d’images sur le thème de l’échec. Les résultats finaux sont présentés dans des formes diverses : éditions, simples tirages ou accrochages plus complexes et vidéos.

Workshop Paolo Wood

PHOTOGRAPHIE

Workshop Paolo Wood

Workshop avec Paolo Wood, Sarah Koeke

On a affirmé que la photographie est un langage. Avec toutes ses limites et ses particularités mais un langage quand même. La photographie est souvent un langage assez pauvre qui répète constamment les mêmes noms et les mêmes verbes. Dans la tradition documentaire, la palette des sujets traités est assez limitée et récurrente et c’est pour cette raison que, pour réaliser des photographies, il faut apprendre et maîtriser cette langue : son vocabulaire sa grammaire et son histoire.

Workshop Stefanie Moshammer

PHOTOGRAPHIE

Workshop Stefanie Moshammer

Workshop avec Stéfanie Moshammer, Antoine Martin

« Pour ce workshop il n’y a pas de règles mais je veux que vous me racontiez une histoire. Je préfère voir moins d’images avec un bon concept, plutôt que trop d’images sans aucune idée. » S.M C’est par cette invitation que les étudiant·e·x·s ont travaillé sur le territoire de la Ville de Renens à la recherche de lieux, personnes et traces d’une histoire qui ne soit pas simplement une série de belles images.

Jenna Callewaert – Her and I

PHOTOGRAPHIE

Jenna Callewaert – Her and I

Projet de diplôme par Jenna Callewaert

Mention Bien. Comment fait-on quand tout nous manque ? Comment ne plus avoir cette réminiscence de l’endroit que l’on a quitté ? Un manque douloureux, une nostalgie associant passé et futur, comme un paradoxe. Ce projet est avant tout une quête: celle de retrouver une partie de moi-même dans un pays où j’ai jadis vécu et dont j’avais pour seul souvenirs des couleurs, des odeurs, des sensations. A travers mon voyage, je voulais explorer et confronter ces mémoires bâties sur l’absence ; ces souvenirs étaient-ils vrais ou pures fabrications de mon esprit ? J’ai conçu cette édition en visant à retrouver la trace des fantômes de mes souvenirs. J’ai fait le choix d’images composée de sépia, d’ombre et d’ocre, portant dans leurs chairs les témoignages du passé, montrant alors que rien ne meurt jamais.

Sofia Papaefthymiou – Το Ρόδι – The Pomegranate

PHOTOGRAPHIE

Sofia Papaefthymiou – Το Ρόδι – The Pomegranate

Projet de diplôme par Sofia Papaefthymiou

Mention Bien. Mi-Chypriote, mi-Suissesse, j’ai ressenti le besoin de comprendre ma relation au territoire, à la frontière, à l’exil et à mes doubles origines. Το Ρόδι–The Pomegranate est un court-métrage, devenu un outil d’exploration et de déconstruction, mettant les conflits géopolitiques de mon pays à la hauteur de mes propres conflits. C’est aussi un espace libre où je fantasme mon propre ailleurs, j’imagine ma propre île, reflet de mes désirs. Dans l’impossibilité de rejoindre cette terre nourricière, je tente de saisir ce que je n’ai pas, de reproduire les sensations que j’y ai vécues. Je collecte des archives, je mandate des images. Je ramène mon corps de femme, que je m’approprie et me réapproprie à travers diverses représentations, à son origine. Pour retrouver ma place, pour reprendre la parole.

Clara Roumégoux – Territoires du geste

PHOTOGRAPHIE

Clara Roumégoux – Territoires du geste

Projet de diplôme par Clara Roumégoux

Dans la vidéo Territoires du geste se croisent des portraits de femmes de différentes générations vivant en France et possédant une double identité culturelle. Du geste à la parole, la question de la transmission apparaît à travers un dispositif modeste, où dimensions matérielles et immatérielles se répondent entre récit et actions culinaires. Comment le geste devient-il symbole d’une résistance silencieuse? La cuisine met en scène les éléments politiques que révèlent l’histoire. Du couscous aux boulettes de viande, maamouls et café turc, ces produits d’héritages historiques et culturels nous ramènent à l’héritage spirituel qui en résulte. Le mouvement des mains met en scène les éléments politiques que tissent leurs mots, jusqu’au psyché des rêves ou des peurs.

Alizée Quinche – They Blossom at Night

PHOTOGRAPHIE

Alizée Quinche – They Blossom at Night

Projet de diplôme par Alizée Quinche

Mention Bien They Blossom at Night parcourt la vision d’une intimité biotechnologique mouvante, l’ouverture à un état de conscience altéré vers un espace indéfini, un temps suspendu où la connexion des corps devient fluide(s). Une sexualité où chaque partenaire, chaque rapport, transforme et fait évoluer les êtres par le partage et l’émancipation. À travers une installation vidéo-sonore immersive, le projet se réapproprie la force symbolique de la procréation. Il explore la matérialité d’une sexualité à but non reproductive en élaborant une créature microbiologique représentant les transmissions d’une intimité polyamoureuse. Il met en avant la cohésion entre l’organicité des relations et une technologie qui permet différentes libérations sociales, en référence à la procréation médicalement assistée.

Justine Willa – Where Are the Exits up There?

PHOTOGRAPHIE

Justine Willa – Where Are the Exits up There?

Projet de diplôme par Justine Willa

Durant l’été 2021, Asclepios, une association scientifique, organise une mission dans les Alpes suisses, simulant la vie sur un autre corps céleste que la Terre. Se confinant pendant dix jours dans des tunnels à 450m sous Terre, six « astronautes » métamorphoseront ce lieu en projection d’un ailleurs et calqueront leur quotidien sur le rythme d’une vie spatiale. Ce scénario rétro-futuriste, vu dans les milieux scientifiques et dans la science-fiction, questionne la réalité, la projection de la réalité et l’image qui en résulte. S’appuyant sur leur mission, mon projet retranscrit par immersion le récit fantasmé de l’exploration spatiale, mélangeant la réalité de terrain et les images artificielles. Il questionne notre place dans l’univers et notre rôle dans le futur de l’humanité.

Caroline Perrenoud – Entre-deux, il n'y a pas rien

PHOTOGRAPHIE

Caroline Perrenoud – Entre-deux, il n'y a pas rien

Projet de diplôme par Caroline Perrenoud

Il y a un espace entre ce qu’on appelle le réel et le virtuel – qui serait par définition irréel. Dans cet espace entre-deux, infini de possibilités, des identités se créent et s’émancipent. Les sexualités se découvrent et les avatars sont des rôles que l’on choisit d’incarner. Ces rôles sont multiples et représentent la multiplicité du soi. Femmes au pluriel, dissidente·x·s, l’espace entre-deux nous permet de nous montrer, nous observer, nous rendre puissante·x·s et revendiquer une place et une liberté. A travers l’auto-sexualisation, la monétisation de l’image de soi, les rapports sexuels ou amoureux, les avatars représentés évoluent avec fluidité et se transforment. Ils décident, investissent l’espace et se rencontrent dans une installation vidéo immersive.

Steven Rüthy – Insight

PHOTOGRAPHIE

Steven Rüthy – Insight

Projet de diplôme par Steven Rüthy

Mention Bien. Voyons-nous encore tout ce qui se passe autour de nous? Insight est un court-métrage qui se déroule dans un complexe architectural de logements sociaux à Bümpliz-Bern. Plongée dans la perspective particulière du monde vue par un couple de personnes âgées vivant dans le quartier Holenacker, dans la banlieue de la capitale suisse. Dans ce projet, je confronte le spectateur à un mode de vie qui, pour nous, artistes visuels et très probablement pour beaucoup d’autres, est inimaginable. Je questionne la notion spatiale d’espace sûr/sécurisé, la manière dont il est utilisé et donc perçu par un point de vue extérieur, le mien. Insight consiste donc à se mettre dans la peau de quelqu’un qui a une vision floue, à comprendre ce que c’est et comment cela affecte votre façon de vivre.

Marie Noury – Nous voir ensemble

PHOTOGRAPHIE

Marie Noury – Nous voir ensemble

Projet de diplôme par Marie Noury

Mention Très bien Quels possibles récits offrent vingt-quatre centimètres sur trente-six? Une image à laquelle je tiens stimule un questionnement plus collectif. Nous voir ensemble prend la forme d’une enquête où se croisent paroles et regards à propos d’une archive familière et fondatrice. A partir de ce cliché vernaculaire, les voix racontent, projettent et imaginent. Que génèrent ce champ et ce hors-champ comme histoire, comme souvenir, comme présence? Comment la parole redonne naissance à une image usée par le regard ?

Lara Ziörjen – No Hard Feelings

PHOTOGRAPHIE

Lara Ziörjen – No Hard Feelings

Projet de diplôme par Lara Ziörjen

Mention Bien. No Hard Feelings est une exploration personnelle du monde dans lequel nous vivons. A travers ces images, une vision puissante de notre culture émerge – qui sommes-nous, comment consommons-nous et finalement, quelle direction prenons-nous? Ce livre montre un monde abondant dans lequel s’accumule la fast fashion, la nourriture artificielle et les objets inutiles. Un aspect important de ce travail est la combinaison d’images ainsi que le travail du détail. S’approcher d’un objet, l’analyser et le comprendre. Il traite de l’absurdité et de la banalité de la vie quotidienne. Les images ont toutes été prises avec un téléphone portable, un outil primordial qui vient compléter mon approche conceptuelle. C’est un objet que je considère moi-même comme l’objet de consommation par excellence.

Axelle Bruniau – Leughenaer

PHOTOGRAPHIE

Axelle Bruniau – Leughenaer

Projet de diplôme par Axelle Bruniau

Leughenaer est une fiction autobiographique sur mon rapport à mon enfance au sein d’une géographie et d’une culture particulière, celle de Dunkerque, une ville au nord de la France. Ce film se réfère particulièrement à ma non-binarité et à ma transféminité, dans un contexte social où la culture carnavalesque et le travestissement sont un moteur de vie trois mois par ans. L’architecture de la ville de Dunkerque m’intéresse particulièrement pour le parallèle que je peux faire avec ma propre personne. Cette ville a été détruite à 90% pendant la deuxième guerre mondiale, et a été rapidement reconstruite en une cité moderne. Déconstruire pour reconstruire, c’est en ces termes que j’y suis retournée pour tourner ce film.

Antoine Martin – Via Alpina

PHOTOGRAPHIE

Antoine Martin – Via Alpina

Projet de diplôme par Antoine Martin

L’image véhiculée par l’iconographie suisse présente la montagne sous deux aspects ambivalents: d’une part, un environnement hostile et dangereux, et d’autre part, un milieu dompté et maîtrisé par l’homme. L’intérêt de ce projet est de transposer certaines images caractéristiques de cette iconographie et d’amener le spectateur à s’interroger sur la frontière entre les stéréotypes et la réalité en parallèle de laquelle ils se développent. Il s’agit aussi de questionner l’utilisation de la montagne en tant que «artefact» que les clichés commerciaux véhiculent. Le spectateur est amené à s’investir physiquement dans l’image en se plongeant dans le relief de cet imaginaire alpin, forcé de constater le paradoxe d’une réduction symbolique et monumentale au travers de l’imagerie mercatique.

Emeline Courcier – Sous les cendres du Mekong

PHOTOGRAPHIE

Emeline Courcier – Sous les cendres du Mekong

Projet de diplôme par Emeline Courcier

Le film Sous les cendres du Mekong est une interrogation sur la coexistence de traditions et de cultures opposées, la vie et la mort, et la confrontation entre la grande Histoire et l’histoire individuelle. Sur fond de crise sanitaire et de racisme anti-asiatique, les liens familiaux se dévoilent à travers des conversations questionnant ma place en tant que fille de Viêt Khieu au sein de la lignée. Par nos croyances en la réincarnation, je me projette sur une figure qui m’est familièrement étrangère: la cousine de ma mère, noyée dans le Mékong. Créant un lien entre passé et présent, guerre et paix, parole et silence. C’est par la mémoire traumatique et l’héritage psychologique que les séquelles d’une guerre à laquelle ma famille a échappé me parviennent, prenant le pas dans mes songes.

David Benito Py – Pigeons, They Make Up the Beehive

PHOTOGRAPHIE

David Benito Py – Pigeons, They Make Up the Beehive

Projet de diplôme par David Benito Py

Chaque ville est l’œuvre unique de ses habitants et, paradoxalement, elle concerne chacun d’entre eux différemment. A mon sens, la résolution de l’apparente contradiction entre intimité et urbanité passe par une appropriation de l’espace, matérielle comme mentale. L’errance urbaine peut alors être vécue comme une véritable expérience sensorielle. À travers cette installation, j’invite le public à vivre mon expérience personnelle de l’espace, horizontale et verticale, contemplative et obsessionnelle. « Chaque ville parle son propre argot et contient en elle une ville clandestine qui la transperce en des mailles disséminées dont le flâneur reconstitue la trame. » Jean-Christophe Bailly

Sarah Koeke – Can We Always Be This Close

PHOTOGRAPHIE

Sarah Koeke – Can We Always Be This Close

Projet de diplôme par Sarah Koeke

Mention Très bien. Au cours des 10 dernières années, grâce aux sites de streaming vidéo, la K-Pop est devenue un phénomène global, remodelant complètement les rapports entre l’industrie musicale et l’image. Les stars de K-pop, aussi appelées idoles sont devenues des symboles de la mondialisation et de la puissance culturelle de la Corée du Sud et s’affirment également comme des modèles pour de nombreux jeunes occidentaux. Can We Always Be This Close dresse le portrait complexe des liens entre image, identité, masculinité, et fan culture. A travers leurs réseaux sociaux, les jeunes fans construisent leur identité en ligne. Le contenu produit semble superficiel et narcissique, mais met en lumière des sujets essentiels comme la normativité de genre, les rapports sociaux ou les questionnements ethniques.

Ciné-photographie

PHOTOGRAPHIE

Ciné-photographie

Autre avec Marco Poloni

Projets réalisés par la classe des deuxièmes années du Bachelor Photographie, dans le cadre du cours Ciné-photographie dirigé par Marco Poloni durant le premier et le deuxième semestre 2020-2021.

Essais Photographiques

PHOTOGRAPHIE

Essais Photographiques

Projet d’atelier avec Matthieu Gafsou

La simple évocation du terme animal pose déjà des questions ; la plus générale de toutes est la suivante: appartenons-nous, en tant qu’humains, à ce règne, où en sommes-nous devenus totalement étranger·e·x·s ? Il ne s’agit pas ici de répondre à une telle question mais de saisir que la césure entre humains et non humains est extrêmement forte dans notre société – la seule de l’histoire humaine qui ait forgé une telle frontière. Pourtant l’animal est partout dans notre quotidien. Il y a l’animal que l’on mange, ou que l’on refuse de manger, celui que l’on domestique, celui qui habite notre – son ? – milieu, celui que l’on chasse, celui que l’on met en cage dans des zoos, celui que l’on étudie, que l’on protège, etc... On parle aujourd’hui de la sixième extinction de masse de la biodiversité. Ce contexte qui est aujourd'hui le nôtre complexifie notre relation au vivant et aux animaux en particulier. Nous sommes contraint·e·x·s de repenser notre relation aux Autres et prenons conscience que le vivant est un maillage complexe au sein duquel nous n’avons pas toute la place. En outre, les recherches scientifiques récentes ont fait exploser la théorie cartésienne de l’animal-machine et démontrent que nous ne sommes pas les seul·e·x·s à avoir développé une intériorité. Au cours de ce projet mené sur une année entière, il a été demandé aux étudiant·e·x·s de produire une série qui aborde une ou plusieurs des thématiques associées au monde animal, selon la forme de leur choix mais en utilisant le réel comme matière première.

Accrochage Photographique

PHOTOGRAPHIE

Accrochage Photographique

Projet d’atelier avec Laurence Bonvin

Comment passer de la bidimensionnalité de l’image à la pluridimensionnalité de l’expérience? Comment introduire des notions d’espace, de volume, de tactilité, de sensualité, dans les images et dans la manière de les présenter? Si les images peuvent nous permettre de créer de nouveaux liens avec le monde, comment éventuellement sortir d’une vision essentiellement basée sur la technique, une vision perspectiviste et anthropocentrée? Comment imaginer et représenter ce que serait une représentation détachée de notre point de vue humain? Dans notre culture une séparation a été établie entre culture et nature. Cette dichotomie a déterminé notre manière de voir, de comprendre et de représenter le monde qui nous entoure. Comment créer des images du vivant, de la « nature » qui iraient au-delà de cette distinction et de ce point de vue? Des images qui contribuent à recréer un lien avec ce qui est non-humain: le végétal, le minéral, l’animal, le cosmique. Qu’est-ce que sent et perçoit un animal, une plante, un objet, un arbre, la terre?

Pratique photographique

PHOTOGRAPHIE

Pratique photographique

Projet d’atelier avec Milo Keller

Photographie et arts plastiques

PHOTOGRAPHIE

Photographie et arts plastiques

Projet d’atelier avec Natacha Lesueur

Earth is Already Crying

PHOTOGRAPHIE

Earth is Already Crying

Workshop par 1CVPH

"Earth is already crying" workshop d'une semaine avec l'artiste Anouk Kruithof.

Création cinématographique

PHOTOGRAPHIE

Création cinématographique

Projet d’atelier avec Clément Lambelet

Photographie et arts plastiques

PHOTOGRAPHIE

Photographie et arts plastiques

Workshop 4x5

PHOTOGRAPHIE

Workshop 4x5

Workshop avec Benoît Jeannet

Pratique photographique

PHOTOGRAPHIE

Pratique photographique

Projet d’atelier avec Milo Keller

Workshop Moyen Format Argentique

PHOTOGRAPHIE

Workshop Moyen Format Argentique

Workshop avec Anoush Abrar

Pratiques et technologies photographiques

PHOTOGRAPHIE

Pratiques et technologies photographiques

Autre avec Jonas Marguet

Humans Have Bodies

PHOTOGRAPHIE

Humans Have Bodies

Workshop avec Maya Rochat

"Humans Have Bodies", workshop d'une semaine avec l'artiste suisse Maya Rochat. Les projets ont été réalisés par les étudiant.e.s de première année du Bachelor Photographie. Le thème du workshop est lié au livre "Sapiens" de l'historien et auteur Yuval Noah Harari.  "100.000 years ago, the earth was inhabited by at least six different species of hominids. Only one survived. We, the Homo Sapiens" Les étudiant.e.s ont du ré-interpréter un chapitre du livre en lien avec leurs travaux personnels.

Norida Ho – JeSuisDiversité

PHOTOGRAPHIE

Norida Ho – JeSuisDiversité

Projet de diplôme par Norida Ho

« JeSuisDiversité » est une campagne fictive menée par une ville de banlieue dans le but d’améliorer l’image d’un quartier par le seul biais de la diversité. Avec des techniques de communication d’entreprise, la diversité devient une idée abordable et séduisante. « JeSuisDiversité » traite de la question de la représentation de la banlieue française et de la dépolitisation des politiques publiques au profit de la communication. La diversité est un atout marketing servant à masquer un semblant d’engagement politique. ho.norida@gmail.com https://www.noridaho.com

Gohan Keller – A Travers les Autres

PHOTOGRAPHIE

Gohan Keller – A Travers les Autres

Projet de diplôme par Gohan Keller

« A Travers les Autres » est un travail de recherche sur mon identité depuis l’extérieur. Sous la forme d’un autoportrait collaboratif, j’examine le caractère hybride, multiple et fluide de l’identité. En donnant la parole à mes proches, j’explore différentes représentations et perceptions de moi-même afin de mieux me comprendre et de me redéfinir. Cette diversité de point de vue questionne également la dualité entre subjectivité et objectivité dans toute tentative de définition.

Filtrer