écal

UPDATE (05.2022)

Résidence ECAL & EXECAL à La Becque – Année académique 2021-2021

L'ECAL/Ecole cantonale d’art de Lausanne a le plaisir de partager quelques nouvelles quant ses résident·e·s à La Becque dans le cadre de son partenariat avec la résidence d'artistes située sur les rives du lac Léman, à La Tour-de-Peilz.

Après le duo d'artistes composé de Natsuko Uchino et Matthew Lutz Kinoy qui a collaboré le semestre dernier avec notre programme de Master en Arts Visuels, notamment autour du projet « Keramicos », une expérimentation collective sur la construction à partir de boue, la typographe grecque Irene Vlachou est la résidente ECAL pour le semestre de printemps 2022. Elle intervient dans le cadre du MA en Type Design et du BA en Design Graphique. Explorant la typographie grecque avec nos étudiant·e·s, elle accompagnera notamment un groupe lors de la prochaine International Conference on Typography & Visual Communication à Thessalonique qui aura lieu plus tard en juillet. À cette occasion, les polices grecques produites par les étudiants du MA en Type Design seront exposées dans la galerie Les Yper Yper, à Thessalonique.

A partir de cet été, trois résidents EXECAL prendront le relais. Nous sommes heureux d’annoncer qu’Emmanuel Crivelli (BA Design Graphique), Marie Cornil (BA Design Industriel) et Romain Cazier (BA Media & Interaction Design) bénéficieront chacun d'une résidence d'un mois afin développer un projet.

Plus d'informations ci-dessous.

---

Résidence ECAL à La Becque


Dans le cadre de leur partenariat, l'ECAL/Ecole cantonale d'art de Lausanne et La Becque | Résidence d’artistes ont mis sur pied les "Résidences ECAL à La Becque". Elles offrent l'opportunité à un·e invité·e international·e de mener un projet personnel à La Becque tout en enseignant à l'ECAL, le temps d’un semestre. 


Année académique 2021-2022

Irene Vlachou, née en 1981, est basée à Athènes, Grèce. Elle a obtenu une maîtrise en création de caractères à l'université de Reading en 2004. Elle a ensuite commencé à collaborer avec des fonderies de caractères et des sociétés internationales, en travaillant comme créatrice de caractères et comme consultante en caractères grecs. En 2012, elle a publié Colvert Greek avec typographies.fr. De 2013 à 2019, elle a été designer senior et experte en polices variables chez Type-Together. Elle participe depuis 2017 au Google Summer of Code au nom de la communauté grecque open source (GFOSS), en tant que mentor sur l'expansion des polices libres grecques. Elle travaille actuellement à plein temps en tant que freelance pour les polices grecques et variables pour la vente au détail et les polices OEM/Système. En 2017, en collaboration avec Laurenz Brunner, elle a conçu le pendant grec de la police d'identité de l'exposition Documenta14, Bradford Greek. Elle a lancé FauxFoundry (2019), en collaboration avec Laurence Penney, un service de webfontes utilisant la technologie des polices variables qui fournit des polices de repli automatiques lorsque la police principale manque de caractères. Elle enseigne au sein du Master en Type Design et du Bachelor en Design Graphique.

Natsuko Uchino est née en 1983 à Kumamoto, Japon. Elle vit et travaille dans le sud de la France. Elle est diplômée de la Cooper Union, New York en 2007 et du programme de recherche du Centre pour l’Art Contemporain Kitakyushu, Japon en 2012. Natsuko Uchino est une artiste dont la pratique se définit par des expériences dans les domaines de l’agriculture et de l’artisanat. Elle allie ces disciplines en réévaluant les techniques de production par la collaboration, la convivialité et l’échange. Natsuko Uchino développe une pratique transversale allant de l’art à écologie. Ses installations et performances allient aux matériaux multiples de la sculpture, l’image, l'objet fonctionnel et le vivant. Elle a enseigné dans le cadre du Master en Arts Visuels de l'ECAL avec Matthew Lutz-Kinoy.

Né en 1984 à New York (États-Unis), Matthew Lutz-Kinoy vit et travaille à Los Angeles (États-Unis) et à Paris (France). Travaillant à travers différents médiums dont la sculpture, la gravure, la céramique et la peinture, l'allégeance de Matthew Lutz-Kinoy n'est pas fixée à un seul médium mais dépend de leurs développements communs dans la forme et d'une simultanéité dans la pratique. Il a enseigné dans le cadre du Master en Arts Visuels de l'ECAL avec Natsuko Uchino.

Année académique 2020-2021

Wataru Kumano est un designer de produit japonais. Après des études à Aalto University (FI), Kumano travaille pour le studio tokyoïte de Jasper Morrison. Il a depuis créé son propre bureau de design « kumano ». En 2021, il est nommé professeur à Musashino Art University. Ses créations simples et fonctionnelles sont inspirées des techniques finlandaises du travail du bois ainsi que de l’artisanat traditionnel japonais. Kumano intervient au sein du Bachelor Design Industriel de l’ECAL pendant le semestre de printemps 2021. En parallèle, lors de son projet de résidence, il examinera les artisanats du bois suisses et japonais afin de conceptualiser des nouvelles formes à mi-chemin entre nature, tradition et usage au quotidien.

Danielle Lessovitz, réalisatrice et scénariste basée à Brooklyn (New York), enseignera au sein du département Cinéma de l’ECAL pendant le semestre d’automne 2020-2021. Pendant son séjour à La Becque, elle travaillera également sur ses futurs projets de films. Sa pratique oscille entre la réalisation de films et la conception d’installations artistiques ou vidéo. Ses projets traitent principalement des communautés marginalisées et elle y inclut souvent des act.eur.rices non-professionnel.le.s. Voir la Masterclasse de Danielle Lessovitz à l'ECAL ici (27.10.2020).

Année académique 2019-2020 

Simone C. Niquille, designer et chercheuse suisse basée à Amsterdam, était Résidente ECAL de février à juillet 2020, en collaboration avec François Zajéga, un artiste-programmeur vivant et travaillant à Bruxelles. Le studio de Simone C. Niquille, Technoflesh, explore la représentation de l’identité ainsi que la numérisation croissante de la biomasse à l’époque du paraitre virtuel et connecté. Elle est intervenue dans le cadre du MA Photographie, sur le projet de recherche Automated Photography, ainsi qu’en BA Media & Interaction Design. François Zajéga, quant à lui, a commencé sa carrière professionnelle en tant que webdesigner et webdeveloper au début des années 2000. Il a ensuite rejoint l'institut Numediart de l'Université de Mons (BE) en tant que chercheur spécialisé dans le traitement vidéo et l'interaction homme-machine. Simultanément, il expose son travail dans divers festivals et galeries en Europe. Très impliqué dans les logiciels libres et la culture libre, il enseigne la programmation dans l’art et les jeux vidéo dans plusieurs institutions académiques.

Mario de Vega, artiste sonore mexicain basé à Berlin, nous a rejoint d’octobre 2019 à février 2020. Sonorité, présence et invisibilité sont les points de départ de son travail et de sa recherche artistique. Il est intervenu dans le cadre des BA et MA Arts Visuels ainsi qu’en BA Media & Interaction Design.

Année académique 2018-2019

Mitch Paone, partenaire et directeur artistique de l’agence créative DIA Studio, basée à Brooklyn. Spécialisé en design cinétique, graphisme et typographie, Mitch Paone a été invité à passer quatre mois à La Becque, où il développera un projet de recherche tout en intervenant à l’ECAL dans le cadre du Bachelor en Design Graphique et du Master en Design Typographique, durant tout le semestre de printemps 2019. Voir la conférence de Mitch Paone à l'ECAL ici (17.04.19).

---

Résidence EXECAL à La Becque


Dans le cadre de leur partenariat, l'ECAL/Ecole cantonale d'art de Lausanne et La Becque | Résidence d’artistes ont mis sur pied les "Résidences EXECAL à La Becque". Elles offrent l'opportunité à trois alumni de bénéficier chacun.e d’un mois de résidence entre juillet et septembre chaque année et ce, dans la perspective de développer un projet lié à leurs pratiques.

Ainsi, le jury, composé de Catherine Othenin-Girard (Présidente, EXECAL - Association des anciens étudiants et des amis de l’ECAL), Luc Meier (Directeur, La Becque) et Alexis Georgacopoulos (Directeur, ECAL), a sélectionné:

Lauréat·e·s 2022

Directeur artistique et graphiste, Emmanuel Crivelli explore le monde éditorial en questionnant les formats papiers et digitaux. Après ses études en graphisme à l’ECAL, il travaille avec Philippe Jarrigeon et Sylvain Menétrey pour le magazine Dorade – « Revue galante, photographie et formes critiques », qui remporte les Swiss Design Awards en 2012. Ensuite, il crée, en collaboration avec une équipe éditoriale, POV Paper et POV magazine, qui traitent des genres et sexualités. En 2018, il remporte le mandat de l’Office fédéral de la culture pour la création de l’identité visuelle des Swiss Design Awards, ce jusqu’en 2021. Ce projet devient un laboratoire de contenu éditorial digital, avec des articles interactifs, des talks et des chats live.

Après une formation en Arts visuels à la HEAD-Genève, Marie Cornil suit un Bachelor en Design Industriel à l’ECAL/Ecole cantonale d’art de Lausanne. Diplômée en 2018, elle expose à la Villa Noailles dans le cadre du Festival International Design Parade. Elle intègre ensuite, pour deux ans, le studio Ronan et Erwan Bouroullec à Paris. Elle travaille aujourd’hui en duo aux côtés d’Alexandre Willaume. Ils réalisent ensemble, aux côtés d’artisans et d’industriels français, un travail de recherche en imaginant des éléments dans lesquels vivre et interagir, cherchant à développer la multiplicité de leurs imbrications.

Romain Cazier est un développeur créatif basé à Bruxelles. Diplômé de l’ECAL en Media & Interaction Design, Romain a toujours eu un intérêt dans l'usage de la programmation à des fins créatives. Opérant aujourd’hui au sein de son studio EPRC, co-fondé avec la graphiste Emilie Pillet, il réalise des sites internet et outils pour des acteurs européens œuvrant dans le domaine de la culture et du design. Renouant avec une pratique expérimentale entamé durant ses études, il cherche à mettre en œuvre ses capacités techniques et créatives à des fins de recherches personnelles.

Lauréat·e·s 2021

Iskander Guetta (BA Design Industriel) a étudié les conditions d’accueil et de logement des personnes sans-abris avec son projet de diplôme ABRI+, finaliste au Swiss Design Awards 2019. Il entreprend un voyage au Maroc, afin d’explorer des pratiques du design en dehors du monde occidental néo-libéral, et un stage au sein de la SELCO Foundation à Bangalore (IND). Cela lui a permis d’acquérir une meilleure compréhension du design dans le Sud Global, afin de mieux percevoir les enjeux croisés d’écologie et de décolonisation, qu’il tend à faire valoir dans sa pratique. A La Becque, il aura pour objectif d’explorer le potentiel et l’usage des abris antiatomiques face aux problématiques contemporaines en milieu urbain (projet développé en collaboration avec Tanguy Caversaccio, architecte).

Mélanie Courtinat (BA Media & Interaction Design), artiste et designer interactif, crée des espaces virtuels et des environnements spéculatifs à l’aide de médiums comme la réalité virtuelle et augmentée, les jeux vidéos ou la 3D. En questionnant les particularités techniques et narratives des technologies qu’elle emploie, elle participe activement à la médiation et à la pérennisation de ces médiums dans le monde des arts. Pendant la résidence, elle développera une réflexion sur les outils de création digitaux et la représentation d’éléments naturels dans l’idée de parvenir à une série de matériaux digitaux en libre accès.

Caterina De Nicola (MA Arts Visuels)recourt à la fiction, à l'écriture, à l'investigation sonore et des objets pour façonner des modèles formels et discursifs, en développant une analyse des symboles et motifs ainsi que de leur circulation dans un système culturel plus large. En tant que dj et productrice, elle est principalement affiliée au label de musique et au collectif Czarnagora, basé à Zurich. Son projet de résidence, à mi-chemin entre l’écriture fictionnelle et exploration sonore, empruntant la technique de la mythopoétique, aura pour but le développement d’histoires d'extrême horreur et gore, inspirées par l'étude historique et sociale de l'environnement local.

Lauréat·e·s 2020

Charles-Antoine Chappuis (BA Design Graphique) est un artiste multidisciplinaire suisse et brésilien basé à Amsterdam. Son travail investigue les structures textiles ainsi que les processus artisanaux et donne lieu à des objets sculpturaux et à des installations ; évocations fantaisistes des formes archétypales de la maison et des expériences qui y sont connectées. Après son diplôme à l’ECAL, Charles-Antoine a suivi une spécialisation en textiles avec Anne Masson à La Cambre à Bruxelles. Il fait des recherches de matériaux pour plusieurs artistes et designers aux Pays-Bas. Quant à son travail personnel, il a été présenté et vendu à l’international dans de multiples galeries et boutiques de design.

Julien Mercier (BA Design Graphique) est un artiste computationnel et designer suisse. Il collabore avec diverses institutions impliquées dans le design et la recherche artistique en Europe. Son travail s’intéresse à l'éthique et la responsabilité dans l'apprentissage profond (deep learning). Son travail se décline en installations son ou vidéo, et vise à démêler les capacités mystifiantes de l'intelligence artificielle, en suivant à la fois des préoccupations matérielles et conceptuelles. Sa recherche artistique dé-situe des notions telles qu'intelligence humaine vs intelligence non-humaine, nature vs culture, ou autorité vs autonomie. Elle prend la forme d'espaces ou d'artefacts simulacres où les concepts de pouvoir, de possession, de vérité, d'original et de copie se révèlent obsolètes. Julien complète un Master en arts computationnels à la Goldsmiths University à Londres en 2019.

Matheline Marmy (BA Photographie) a suivi des études en photographie à l’ECAL/Ecole cantonale d’art et à la HFBK à Hamburg, puis a complété un Master en arts visuels au Piet Zwart Institute à Rotterdam en 2019. Sa recherche s’intéresse à diverses formes d’observation et d’enregistrement des traces temporelles laissées par les organismes vivants, qu’ils soient humains, chimiques ou bactériens. A travers des modes de production principalement basés sur les processus, son travail implique l’expérimentation de transformations de matériaux à partir de phénomènes comme la croissance, l’invasion, la corrosion et la sédimentation. De plus, Matheline co-dirige l’édition d’artistes Exhibitions on Paper et a récemment reçu le Prix de La Relève Photographie de Pro Helvetia – Fondation Suisse pour la culture. Elle travaille entre Genève et Rotterdam.

Lauréat·e·s 2019

Aladin Borioli (BA Photographie) Depuis 2014, Aladin Borioli poursuit le développement de son projet de recherche DYI "Apian" qui traite des liens entre abeilles et humains et la façon dont ils se façonnent l’un l’autre. Ses intérêts s’étant rapprochés des sciences humaines, Aladin termine une formation en anthropologie visuelle à la Freie Universität de Berlin en 2018. Le projet "Apian" est désormais présenté tant dans des contextes artistiques que sous forme anthropologique.

Iris Andreadis et Pauline Lemberger (BA Design Industriel) En 2015, Pauline Lemberger cofonde le studio "Bouchée Double" à Bruxelles. Elle y explore l’univers culinaire au travers de la scénographie, la photographie, le design d’objet et le dessin. Elle y développe une approche globale de la cuisine, affirmée lors de ses résidences au Japon et au Mexique et durant ses nombreux pop-up restaurants. Iris Andreadis, quant à elle, étudie actuellement l'architecture à Paris. Sa fascination pour les constructions et les objets intelligents dans leur économie de moyens, observés en Grèce et lors de sa résidence à Hong Kong, anime sa pratique.

Thomas Grogan (BA Design Industriel) Après une formation en design industriel et prospectif, Thomas Grogan, basé à Londres, développe une pratique artistique orientée sur la recherche où il examine les enjeux sociaux actuels et futurs autour des nouvelles technologies à travers diverses production artistiques telles que la sculpture, l’installation, l’animation vidéo et les plateformes digitales. Le langage visuel de son travail est fortement influencé par les stratégies marketing en entreprise, la production et le détournement de produits industriels.

labecque.ch

----

UPDATE (12.2021)

APPEL À CANDIDATURES – Résidence EXECAL à La Becque 2022, une résidence estivale d’un mois afin de développer un projet dans un cadre exceptionnel

L’appel à candidatures pour la Résidence EXECAL à La Becque 2022 est ouvert. L’ECAL/Ecole cantonale d’art de Lausanne, en partenariat avec La Becque | Résidence d’artistes, offre l’opportunité à trois ancien·ne·s étudiant·e·s de participer à un programme de résidence pendant l’été 2022, à la Tour-de-Peilz (CH).

Le programme Résidence EXECAL à La Becque a pour but d’encourager le développement de projets et l’excellence de la relève en art et en design. Durant l’été 2022, la Résidence EXECAL à La Becque offrira l’opportunité à trois ancien·ne·s étudiant·e·s de l’ECAL de bénéficier chacun·e d’un séjour de quatre semaines dans le but de développer un projet dans un cadre de création exceptionnel, incl. logement, frais de voyage et bourse.

L’appel à candidature est ouvert à tou·te·s les alumni·ae de l’ECAL, venant de toutes disciplines, pour autant qu’ils soient diplômé·e·s depuis au moins trois années lors du début de la période à La Becque à l’été 2022.

Les dates des Résidences EXECAL à La Becque 2022 sont les suivantes :

  • 27 juin – 24 juillet 2022
  • 27 juillet – 24 août 2022
  • 31 août – 28 septembre 2022

Délai de candidature : 17 janvier 2022, à 23h59 CET à travers le formulaire suivant : www.ecal.ch/fr/3944

Le prochain appel à candidature ouvrira fin 2022.

Natsuko Uchino, Résidente ECAL à La Becque, semestre d'automne 2021. Crédit: Melanie Bordas

Emmanuel Crivelli, Résident EXECAL à La Becque en juillet 2022. Crédit: Charlotte Krieger.

La Becque, ECAL/Calypso Mahieu

Wataru Kumano, Résident ECAL à La Becque, semestre de printemps 2021.

Mario de Vega, Résident ECAL à La Becque d'octobre 2019 à février 2020.

Audio performance (Studio Cinema) curated by Thibault Walter Professor, ECAL: The Invisible Other. Chapter 1. Vibrancy. When the Divinity Manifests. For visual obstructions, time-based media, light and signal refractions.

Iskander Guetta, Résident EXECAL à La Becque en juillet 2021. Portait: ECAL/Vincent Levrat.

Iskander Guetta, Flmika (crédit Iskander Guetta).

Charles-Antoine Chappuis, Résident EXECAL à La Becque 2020, Seed Instrument - Stills.

Image: Charles-Antoine Chappuis.


Julien Mercier, Résident EXECAL à La Becque, été 2020.

Performance: Paper Synths, Julien Mercier avec Raphaël Théolade, SET, Londres, 2019. Photo: David Williams.


Matheline Marmy, Résidente EXECAL à La Becque 2020, Feeders.

Photo: Matheline Marmy.


Aladin Borioli, Résident EXECAL à La Becque, été 2019. 

Ruche, dans le cadre de son projet "An intimacy machine" qui explore les relations millénaires entre abeilles et humains. Photo: ECAL/Achille Laplante.

Iris Andreadis et Pauline Lemberger, Résidentes EXECAL à La Becque, été 2019.

Vidéo "Souper Solaire".

Iris Andreadis et Pauline Lemberger, Résidentes EXECAL à La Becque, été 2019.

Recherche "Souper solaire”. 

Thomas Grogan, Résident EXECAL à La Becque, été 2019. 

"Piqûre-Lunaire": une fiction prospective explorant le rôle des techniques émergentes viticoles en tant qu’initiatrices d’un repositionnement de l’espèce humaine au sein d’un écosystème menacé. 

Thomas Grogan, Résident EXECAL à La Becque, été 2019. 

"Piqûre-Lunaire": une fiction prospective explorant le rôle des techniques émergentes viticoles en tant qu’initiatrices d’un repositionnement de l’espèce humaine au sein d’un écosystème menacé.